à la Une
Publié dans Adult Only

Je ne mérite pas ce bonheur

heart-762564_1920
kaboompics Pixabay

Ce n’est pas de la désillusion, ce n’est pas du défaitisme, c’est du réalisme. Je sais ce que je sais faire et ce que j’inspire. Il y en a pour qui l’amour dure trois ans pour moi il dure trois heures, le temps d’une partie de plaisir. J’excelle tellement dans ce jeu que je ne m’inquiète plus d’être une fille bien. Je suis déjà bonne, plus besoin d’être bien. Lire la suite de « Je ne mérite pas ce bonheur »

Publicités
à la Une
Publié dans elle, MenaYou

L’art de la guerre selon Elle

military-1645588_1920
Source : pixabay.com

Comme je vous l’ai dit ici, Dieu merci, les backstages ne sont pas connus de vous. L’intimité d’un couple réserve parfois bien des surprises. Direction la page 550 du guide de la vie de couple, Section Embrouilles – Alinéa Disputes.

Il est de notoriété publique que l’on ne découvre vraiment quelqu’un que quand on vit avec lui. Parfois même, pas besoin de vivre ensemble. Passés les invitations à dîner ou au ciné ou « je joue la carte de bien sous toutes coutures », il arrive un moment où les masques tombent sans grand effort. Survient alors, les premières crises de nerfs, avec son lot de guerres d’usure avec pour artillerie toutes les armes conventionnelles ou pas qu’Elle utilisera pour vous faire plier.

Minute confession room :Je n’échappe pas à la règle. Oui j’avoue, moi aussi ça m’arrive de temps en temps pour ne pas dire RAREMENT de pousser de la voix.

Vu que je ne saurais parler de ma chappelle de peur mes propos ne me condamnent, je me suis permise de faire la liste des situations cocasses auxquels Ils ont du faire avec Elles : attention chaud devant.  Lire la suite de « L’art de la guerre selon Elle »

à la Une
Publié dans elle, Lui, Mode

Quel couple assorti êtes-vous?

Elle tenait à ce que je parle des couples assortis. Hum.

Il y a des concepts comme ça, que tu découvres un jour, tu dis seulement que « mais les gens-ci, c’est toujours l’amour comme ça ? »

Vous voyez de quoi je veux parler ? Non ? Les couples qui portent complet-complet.

Hum, c’est quoi ce silence ? Vous aussi vous faites ça ?

Bon, je vais un peu arranger ce que je voulais dire alors.

Lire la suite de « Quel couple assorti êtes-vous? »

à la Une
Publié dans Adult Only, elle, Lui, MenaYou

Plaisir coupable…

Pucette…

J’espère en écrivant ces mots, apaiser le tourment de passions qui végète en moi et dont tu es la cause. Certainement il est utopique de croire qu’une feuille blanche et quelques signes suffiront à éthériser le cœur fragile et meurtri qui bat la chamade tout au fond de moi. Partagé entre la joie et la peine, accro aux tons sucrés-salés de notre relation, j’alterne mes ressentiments entre gémissements et pleurs, affolé par ce plaisir coupable que ma conscience a vite fait de désinhiber.

Sous ce baobab, à l’ombre des regards indiscrets du village où nous nous sommes donnés rendez-vous pour la première fois, je signai l’acte qui me condamna. Lire la suite de « Plaisir coupable… »

à la Une
Publié dans Adult Only

Nude : mode d’emploi

Non, ne faites pas les innocents ! Vous connaissez forcément ce qu’est un nude.

Non ? Sérieux ?

Pourtant si vous êtes de cette génération qui se rencontre sur Facebook, règle ses problèmes sur Twitter, partage ses rêves via Instagram, communique par Whatsapp et partage sa vie à travers Snapchat…Vous ne pouvez pas ne pas savoir ce qu’est un nude.

Mais bon !

Retour sur un phénomène…à fleur de peau. Lire la suite de « Nude : mode d’emploi »

à la Une
Publié dans Adult Only

Bref, ELLE était plus que ma sexfriend …

3a5e51e9e33e03320580b3709d8040db.jpg

Il était 16h30 que déjà mon ordinateur et ses accolites sont retrouvés dans le creux solitaire de mon sac. Je participe à une réunion improvisée et totalement inutile que j’ai créée moi-même pour ne pas éveiller les soupçons du fait de mon inactivité. Il est bien clair qu’a un moment donné de cette journée revêtant une armure aux allures ordinaires, quelque chose de pas très clair a dû se passer. Ce feeling vicieux capable de vous faire parcourir des heures parfois des jours sans la portée de l’essentiel des événements auxquels vous êtes involontairement confrontés. Lire la suite de « Bref, ELLE était plus que ma sexfriend … »

à la Une
Publié dans MenaYou

Ensemble, définir les concepts 



Fidélité -Lui vous le dira: tous les hommes quels qu’ils soient, dès qu’ils entendent la phrase magique « chéri, faut qu’on parle » sont en totale panique. Ils scruteront votre visage, votre expression, votre communication non verbale à la recherche de quelques indices sur la « gravité » de la discussion à venir.

Il y a fort à parier qu’ils vous diront d’un air hagard : « qu’est ce que j’ai encore fait? » ou « de quoi voudrais-tu qu’on parle? » s’imaginant que le ciel va leur tomber sur la tête. Ils ont bien raison!

Depuis que je lui ai demandé si on est en couple ou pas, des questions n’ont pas cessé de trotter dans ma tête. Je vous rassure, nous sommes tombés d’accord et nous sommes bien ensemble; je n’arrête pas de me dire que s’il y a eu des problèmes par rapport à la définition d’être en couple, il vaudrait mieux savoir si nous sommes en phase par rapport aux concepts essentiels qui à mon avis régissent la vie de couple. Aussi, nous les filles, avons parfois « tellement envie » d’être en couple que l’on oublie parfois le plus important:  est-ce qu’on est d’accord sur un certain nombre de choses?

Lire la suite de « Ensemble, définir les concepts « 

à la Une
Publié dans Ailleursland, elle, MenaYou

Mon homme comme je l’aime !

Crédit photo: sunuker.com
Crédit photo: internet

Mes premiers billets sur Self-Ish étaient très clairs sur la ligne éditoriale de cette publication sur Médium : je ne parlerai pas de mes amours, de ma famille ou de mes amis. Je ne parlerai que de moi car je suis seule à avoir pris la décision de me dévoiler. Mon entourage n’a pas à subir les retombées de mes actions.

Mais aujourd’hui… j’ai envie de faire une entorse au règlement. J’ai envie de parler de relations amoureuses, plus précisément de mon type d’homme. Alors allons y !

Lire la suite de « Mon homme comme je l’aime ! »

à la Une
Publié dans Lui, MenaYou

Le Beat est mort. Vive le Beat!

Depuis la célèbre décculottée du PSG (Faut être chiffe molle pour se faire enculer mettre une branlée pareille), tout le monde se prend a rêver de Remontada. Même Monaco s’y est essayé sur Man City, chose curieuse, ils ont réussi, même si pour eux, çà s’apparentait plus a une « sursaut-tada ». Elle, sur même lignée, s’est prise a rêver de hat-trick trique, et se prend maintenant pour super woman avec des exigences « litiques »* d’un autre ordre. Osant me comparer à ses précédents buteurs qui parfois tiraient sur les poteaux, et même ratait le but grand ouvert. Ce qui soit dit en passant m’arrive aussi, et plus souvent qu’Elle le pense. Lire la suite de « Le Beat est mort. Vive le Beat! »

à la Une
Publié dans elle, MenaYou

Comment reconnaitre le mauvais coup?

Ouiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii!!!!!!!

Ah Lui! Qu’est ce qu’il me fait grimper aux rideaux. Il faut dire depuis la Remontanda des envies portées disparues depuis cette Saint Valentin cauchemardesque sont réapparues comme par hasard. Heureusement, cette défaite n’est plus qu’un mauvais souvenir. Et pas que. J’ai de quoi me réjouir des galipettes en ce moment et je savoure. Oui parce qu’avant Lui, il y’a eu les autres. Quelques étalons (les plus rares), beaucoup qui se débrouillaient et, la pire race de tous, les mauvais coups!

Ah! Le mauvais coup, quelle plaie!!!!

A part son zizi zizinet, il ne sait rien utiliser d’autre sur son corps…

Il est conservateur. Il défend les positions anciennes Lire la suite de « Comment reconnaitre le mauvais coup? »

à la Une
Publié dans MenaYou, Parlons en !

Ce plaisir qui dérange

Une fois n’est pas coutume, pour ce 8 mars je souhaiterais vous entretenir d’un sujet normal qui, paradoxalement, ne l’est pas vraiment. Sous bien des cieux, il est encore tabou et même dans des sociétés dites avancées, il reste le sujet dont on parle en comité restreint et jamais sur la place publique. Très longtemps, on lui a nié toute existence, celle qui en éprouvait et le manifestait était traitée d’hystérique.

Oui, pour ce 8 mars, je voudrais vous entretenir d’un sujet qui à bien des égards mérite sa place dans la Pyramide de ce cher Maslow (section besoins physiologiques tant il est nécessaire à l’épanouissement de la femme), mais qui, va savoir pourquoi, reste coincé sous le manteau… On en parle assez souvent plus facilement entre copines, on se file des trucs et astuces, on juge et on préjuge, expérience contre expérience: avec un objectif bien souvent inavoué COMMENT EN AVOIR PLUS.

Lire la suite de « Ce plaisir qui dérange »

à la Une
Publié dans Non classé

LA COUREUSE DE BRAGUETTES

Quelle folie me prend d’écrire encore un de ces articles sulfureux sur @menayou?! Depuis mon dernier article ici qui parlait des plans culs, mon quotidien n’a pas été simple. Ma réputation de gentille fille candide (du moins ce qu’il en restait) a pris un gros coup. On ne me fait plus confiance, on m’accuse de vouloir ajouter des noms à ma liste de conquêtes (comme si j’avais besoin de tenir des d’archives). On me soupçonne de ne penser qu’à conquérir, séduire. On me traite de coureuse de braguettes.

Mais c’est quoi cette histoire de course à la braguette?! Laissez-moi vous briefer.

Le féminin de coureur de jupons

coureur-de-jupons

« Je m’excuse, vous n’étiez pas censée voir ce que vous avez vu. Je suis un horrible coureur de jupons, (…) chez moi c’est pathologique » Christophe BONNET, les sociétés des écrivains, 2001

Vous connaissez déjà le coureur de jupons (du moins je pense hein). Ce séducteur pathologique. Cet ennemi de la fidélité, de la stabilité. Cet enfileur en série. La coureuse de braguettes est son homologue féminin. L’expression coureur de jupons vient du fait que les femmes portaient toutes des jupons à l’époque. Le jupon symbolisait donc la femme et le coureur de jupons celui qui courre après les femmes et certainement pas pour leur offrir des bouquets de fleurs.

Si le jupon représente la femme dans cette expression, c’est bien parce que nous n’étions pas en ces temps troublés où n’importe qui peut se lever pour dire qu’elle porte le pantalon, pire encore, qu’elle chasse le pantalon, donc l’homme symbolisé dans coureuse de braguettes par la braguette.
Vous y êtes ?

Si j’étais une coureuse de braguette

Maintenant que vous savez ce que veut dire coureuse de braguettes à mes déboires!
Déjà avant de dire quoique ce soit de plus j’invoque le 5ème amendement. C’est-à-dire mon droit à ne pas témoigner contre moi-même. Tout ce qui est dit ici est donc hypothétique. Si on ne s’accorde pas là-dessus je ne parle plus ! -__-

Donc SI j’étais une coureuse de braguette, je vous dirais que parfois on se croit amoureuse nous ces chasseuses sans vergogne. On y croit mais deux jours plus tard on a envie de casser notre téléphone quand son nom apparait sur notre écran.

Si j’en étais une, je vous dirais aussi que certaines relations ne sont pas faites pour durer et que les vraies coureuses ne font pas de fausses promesses. C’est les gens qui aiment rêver pour rien après ils nous accusent.

pantalons

Si j’étais une coureuse de braguettes je vous dirais que des fois on nous barre. On croit être sur le point d’attraper une main, mais l’ignare change d’un après-midi à l’autre et nous laisse planter là sous le soleil brulant de Bonanjo en nous traitant de loveuse. Quand c’est comme ça esseu on force le contact ? Si vous croyez que ça ne nous arrive pas à nous c’est parce que nous on aime jouer les costauds. On pleure nos choses en cachette et on sait comment vite se consoler même si ça fait très mal.

Je vous dirais que des fois, trop de fois, à cause de notre peur traumatique de l’engagement et de nos délires abandonniques on part alors qu’on a juste envie de rester. En fait c’est nous qu’on souffre même le plus dans l’affaire ci quand on regarde même bien. Le monde a une dette envers nous.

Enfin, SI j’étais une coureuse de braguettes je vous dirais que les coureuses de braguettes sont souvent de grandes sensibles. Peut-être pas des romantiques mais des sensibles.

Le mythe du super zizi

Vous êtes émus ? Le romantisme, la sensibilité et tout ça, ça vous a touché ? Vous vous y êtes crus hein? Maintenant que la partie émotion est bouclée parlons-nous un peu franchement. Parlons de ce qui vous dérange tant dans cette affaire de course aux braguettes.

Ce qui dérange chez les coureuses de braguettes c’est qu’elle brise le mythe du super zizi.
Le mythe du super zizi c’est ce mythe créé autour de la sexualité féminine. Le postulat qui fonde ce mythe est que le plaisir serait apporté à la femme par un super zizi qui viendrait le révéler en elle comme l’encre révèle la beauté du papier d’un cahier vierge tout en le marquant définitivement, tout en en prenant possession. C’est joli à entendre mais c’est absurde.

L’un des corolaires de ce postulat est que la femme ne possède pas ce plaisir en elle, mais que ce serait une chose exogène dont un homme viendrait la gratifier. Cela signifierait aussi qu’il y aurait qu’un seul homme ou un nombre limité d’hommes qui seraient passeport pour le 7ème ciel. C’est cette pensée que la coureuse de braguettes met en difficulté et c’est pour cela que contrairement à son homologue masculin elle est mal vue. Le fait qu’elle prenne son pied sans tout le feutrage qu’il y a autour de la sexualité féminine dit à la société que le plaisir est en elle. Qu’elle en dispose comme et quand elle veut. Il lui dit qu’elle n’attend pas de super zizi pour lui révéler ce qu’elle est. @Leyo vous en dira des masses dessus.

Pour moi en tous cas coureuse de braguette c’est un compliment. Que j’en sois une ou pas je n’ai pas de gêne à être appelée coureuse de braguettes tout simplement pas parce une fois que les choses sont comme ça, ça m’accorde la chance de bâtir MA relation au-delà des instincts primaires de prédation qui habitent les hommes. Ou qu’ils se croient obligés de laisser les habiter.

Alors vous avez tenu jusqu’au bout?

Partagez vos expériences de coureuses avec moi qu’on rigole un peu.

sources images :
http://www.europe1.fr/international/messieurs-gare-a-vos-braguettes-1456415

http://images.forum-auto.com

http://www.cdiscount.com/livres-bd/livres-litterature/coureur-de-jupons

à la Une
Publié dans MenaYou

Bébé, faut qu’on parle…#ParisSaintValentin

Cela fait un moment que ma vie de couple est long fleuve tranquille. Oui ! Vous avez bien lu, je suis à nouveau en couple. Il faut dire que depuis mes questionnements existentiels amoureux et mon chagrin d’amour avec les dégâts collatéraux, l’eau a coulé sous les ponts.

Je suis donc à nouveau en couple. Enfin, je pense. J’évite désormais de trop m’avancer vu qu’on ne sait jamais de quoi demain est fait.

Mon futur ex actuel chéri est ce qu’on peut appeler un homme parfait. C’est d’ailleurs ce que j’ai dit à la vendeuse qui me proposait de lui offrir un bouquin intitulé : « Faites de lui votre homme parfait », à l’occasion de la St-Valentin. Lire la suite de « Bébé, faut qu’on parle…#ParisSaintValentin »

à la Une
Publié dans MenaYou

Il paraît que c’est moi qui porte la culotte

Etre en couple ne suffit pas pour se passer des autres. Même à deux on se sentirait bien seuls s’il n’y avait pas d’amis ou des membres de la famille avec qui composer. Mais parfois famille et amis rime avec ingérence et mauvais foi. Entre nous au quotidien, ce n’est déjà pas facile. Nos habitudes divergent, nos centres d’intérêt encore plus. On mise tout sur le fameux « les contraires s’attirent et l’harmonie nait de ce qui diffère ». Lire la suite de « Il paraît que c’est moi qui porte la culotte »

à la Une
Publié dans Lui, MenaYou

Tourner la page…

Avant que vous ne commenciez à lire ce billet, je tenais à préciser que depuis mon dernier article, ma romance avec Lui est officiellement terminée. Oui, après ma fameuse question pour savoir si on était un couple ou pas ; on est passé du MeNaYou au « On devrait rester amis ». #OnMaFriendzoné

D’ailleurs, il était prévu que j’écrive au sujet de notre histoire ratée mais après deux paragraphes et l’utilisation d’une dizaine de mots jugés politiquement incorrects par ma conscience (Oui, oui ! Elle même)… Je me suis rendu compte que l’urgence n’était pas de traiter mon ex de tous les noms d’oiseaux qui me passait pas la tête. L’urgence était de tourner la page.

De « Lui » à Ex…

Après une rupture, la chose la plus difficile est certainement le texto du matin. Le petit message que l’on écrivait avant de filer sous la douche pour dire à son chéri qu’on est debout.

Affaire !

Après cette satanée rupture avec Louis, mon premier réflexe a été d’écrire ce message à la con. Puis de le supprimer. Il n’y avait plus aucune raison de lui dire que j’allais bien. Ce qui n’était d’ailleurs pas le cas.

Sous la douche… J’ai fait mon deuil. Un vrai deuil même. J’ai pleuré. J’ai rigolé. Je l’ai traité de salaud, de connard, d’imbécile et enfin, d’idiot !

Oui ! Idiot.

Parce que il faut l’être un peu pour pouvoir mettre un terme à une histoire avec moi.

De « Lui » à Connard…

Ceux qui me connaissent bien savent que je suis parfois égocentrique et même narcissique. Deux défauts qui deviennent des qualités lorsqu’on a le cœur brisé en petits morceaux.

Il faut dire que c’est surement ce qui m’a sauvée lorsque au bout de deux jours, j’ai constaté que même sur Facebook là, notre relation était belle et bien finie. Akaaaa !

Le gars s’affichait chaque jour avec une nouvelle go (Toujours plus jolie que celle de la veille. J’ai toujours su qu’il avait du gout ce gars).

C’est la partie du film où j’ai oublié le prénom que lui ont donné ses parents. Pour moi, il était désormais le connard !

Parce que, de vous à moi ; il faut être un peu con pour s’afficher comme ça. Juste au bout de deux jours de célibat.

Con. Ou libre.

De « Lui » à « Louis »…

Une étape assez douloureuse de la rupture est certainement celle du doute. Celle où on se dit qu’on vient de perdre un homme unique au monde. Celle où on se rappelle de ses qualités qui – soudainement – son plus nombreuses que ses défauts.

Cette partie où on veut bien assumer les torts, si et seulement si il pouvait revenir sur sa décision.

C’est surement la partie la plus dangereuse car elle peut facilement vous faire sombrer du statut d’ex petite-amie à celui de plan cul ou sexfriend hein ! Mais ça, Laety en parle mieux.

Une perte de temps inutile qui ne fera que saper votre confiance en vous même.

Oui, c’est sympa de ne plus lui en vouloir avec autant de dépit qu’au début de la rupture mais j’ai mis un frein lorsque je lui ai envoyé un message sur Whats’app en mode « Hello Beau gosse ». Je vous dit vrai, le doute… Y’a pas pire que ça.

De « Lui » à « Eux »…

Je vois déjà des sourires d’ici. Oh que non ! Détrompez-vous. Ce « EUX » là n’implique en rien les nombreux prétendants qui guettaient avec attention votre rupture pour pouvoir prétendre à la place de « Lui ». Non !

Il est question ici, des amis et de la famille. De ces personnes de confiance, toujours présentes pour nous qui saurons trouver le bon mot, la bonne phrase pour nous aider à tenir le coup.

Quoi qu’on dise, lorsqu’on sort d’une relation avec un salaud connard imbécile homme qu’on a aimé, on est toujours un peu fragile. La réciproque est vraie.

C’est à ce moment là qu’il est important de retourner à l’essentiel.

Dieu merci, je n’ai jamais laissé tomber un ami au profit de mon compagnon. Ce qui a surement expliqué la motivation de Nathan – ami de ma tendre enfance – à me « sortir de ce gouffre qui me rend moins bavarde ».

De « Lui » à MOI…

Une rupture n’est pas une fin en soi. J’ai besoin que vous le lisiez à haute voix. #ThérapieDeGroupe.

C’est surement ce que m’a appris cette rupture avec Lui. C’est simplement une belle histoire de vie qui finit, une page à tourner et une autre histoire à écrire. Seule. En attendant le « bon ». Ou pas.

Le bonheur par procuration est destructeur. Effectivement.

Après une rupture, la priorité… C’est soi-même.

Pas pour plaire à autrui, pas pour montrer à “Lui” qu’on se porte bien…

C’est pour apprendre à découvrir un nouveau visage de soi-même.

D’ailleurs je me rappelle qu’à l’époque où Louis et moi, on était des amis (Oui oh! Tout commence comme ça! ), il m’avait dit qu’il ressentait en moi la peur d’être seule. Il disait que j’avais besoin d’attention et que lorsque je n’en avais pas, j’étais perdue.

Il avait raison.

Par contre, aujourd’hui; j’ai fait le choix de tourner la page de ce « MeNaYou » qui l’incluait.

3240920725_1_3_uhhytebv

Je disais donc au tout début de ce billet que à la base, je devais écrire un article pour vous dire à quel point mon ex est un connard.

J’ai écrit deux paragraphes, une dizaine de mots insultants, ma rage, ma déception…et puis, je me suis dit que je n’avais pas ce temps.

J’ai tourné la page.

Un instant… Mon téléphone vibre. Whats’app.

J’ai lu ton dernier billet… Il m’a fait rire. Ca me manque de ne plus rire avec toi. Tu me manques.

Lui. Louis

C’est la sorcellerie que vous voulez voir ?

Je disais que j’ai tourné la page.

Lui aussi.

Mais apparemment, il y’a un de nous qui n’a pas compris que ça incluait un point final.

Me, without You

à la Une
Publié dans Lui, MenaYou, Non classé

Requiem for a wedding

Tout récemment, un article a été publié parlant d’un total de 360 demandes de divorces déposées au cours de l’année 2015 au TGI (Tribunal de Grande Instance) du Wouri à Douala (Cameroun). Ce chiffre, bien qu’énorme, reflète malheureusement de nouvelles habitudes vie qu’ont adoptés les couples de notre époque. Le présent billet se veut une autopsie de la situation, qui tentera d’aider ce qui ne sont pas encore arrivés à cette extrémité, mais aussi ceux qui pensent à se mettre en couple tout comme ceux malheureusement très nombreux qui ont échoués. Lire la suite de « Requiem for a wedding »

à la Une
Publié dans Lui, MenaYou

Petit guide du “TCHOUKAM-PASS”

Un proverbe de chez moi dit, « On ne peut pas manger le couscous tous les jours ». C’est pour cela que, chaque fois que l’occasion se présente, je fais l’effort de varier mon alimentation.

Mais, je dois avouer que ce n’est pas facile tous les jours. Organiser des plans Q – vous n’avez pas réellement cru que je parlais de bouffe non ? – réserve parfois des surprises pas forcément agréables. Ayant roulé ma bosse dans de domaine (mais ne le dites pas à ma Elle), voici quelques types de go que j’ai rencontré lors de mes expéditions. Lire la suite de « Petit guide du “TCHOUKAM-PASS” »

à la Une
Publié dans MenaYou

7 réflexions sur les plans culs

406468-panneau-facebookPas d’attachement, zéro engagement. On tringle et puis c’est tout ! Rangez vos faire-part et votre annulaire -sauf si vous avez des idées créatives pour l’utiliser- mesdames et messieurs il s’agit bien d’un plan cul. Infidèles chroniques, mal baisées (ce qui peut nous ramener au premier cas d’ailleurs), gourmandes insoumises, froussardes de l’engagement, solitaires incomprises ou tout ça en même temps, elles y ont toutes goûté. Lire la suite de « 7 réflexions sur les plans culs »

à la Une
Publié dans intimité, MenaYou

De l’achat du préservatif

Source : Internet
Source : Internet

Une question HAUTEMENT importante quand on est en couple avec Lui et que les tests de « non-maladies » sont encore en débat.

Après réflexions, débats, crises de nerf… (Lui est était contre le préso et Moi après avoir testé bien des plans j’étais contre presque tous)

Bref, nous avons trouvé un accord. Et nous avons opté pour la chaussette, la capote, le condom, le préso…..

Et Moi, j’ai du m’y coller!

J’appréhendais d’aller à la pharmacie chercher notre Saint-Graal et j’avais raison!

Voici mon histoire (Tong Dong Police Unité Spéciale sounds effect)

Lire la suite de « De l’achat du préservatif »

à la Une
Publié dans MenaYou

Ménage à trois

Chez moi, il y a un adage qui dit « 99 jours pour le voleur, un seul jour pour le grand patron ». J’ai toujours souri chaque fois que quelqu’un dans mon entourage l’utilisait. Parce que ça faisait déjà plus de 99 jours que j’étais dans la posture du voleur, et pourtant je n’avais pas encore été fait grand patron. Pourtant ce jour arriva… Lire la suite de « Ménage à trois »

à la Une
Publié dans MenaYou

Toi et moi, on est en couple ou pas ?

Bonjour ! Moi, c’est Samantha Tracy. Sam, pour les intimes. Depuis un peu plus de trois mois, je fréquente Lui. Je veux dire Louis.

Lui, c’est avant tout un ami. Vous savez, le pote qui vous connait par cœur, à qui vous racontez toutes vos histoires sordides, sur l’épaule de qui vous pleurez et à qui vous avez dit un jour : « Si dans deux ans, je ne suis pas mariée, on se met ensemble ». Louis, c’est Lui. Lire la suite de « Toi et moi, on est en couple ou pas ? »

à la Une
Publié dans MenaYou

Mena [You] et Nous

Notre histoire semblait simple… Je lui ai couru après… Encore et encore…

Nous  nous  sommes enfin posés, mais j’ai continué de courir… Plus vite d’ailleurs…

La vie à deux, c’est comme une bicyclette…

Vous avez déjà écouté « Si c’était à refaire » de Assia??? Cette chanson résume notre histoire « Tu m’énerves, mais s’il fallait recommencer, je le referai ». Etre en couple c’est pas plus mal. Enfin je crois…

Je suis son Lui à Elle.

Un coup en mode « la vie est belle », un coup en mode Real vs Barça, nos hauts et nos (nombreux) bas.

Famille-Ami(es) et Nous dans tout ça…

Ca vous dit??? Suivez La (Moi), Moi (Lui) de toute façon, je suis obligé de la suivre.

Lui

à la Une
Publié dans MenaYou

[Me]naYou et Nous

Notre histoire est simple… Lui m’a courue après… Moi je Lui ai couru après…. Et nous nous sommes posés…

La vie à deux, c’est comme une boîte de chocolat….

Vous avez déjà écouté « You make me SICK » de Pink??? Cette chanson résume notre histoire « Je t’aime moi non plus ». Mais pour finir, être en couple c’est pas si mal.

Moi, je suis la chérie à son Lui.

Un coup complice, un coup chien et chat avec Lui, nos kiff, nos beurk.

Famille-Ami(e)s et Nous dans tout ça….

Ca vous dit???? Suivez « Moi », Suivez « Lui », Suivez « Nous »

Moi

************